• Le low cost, en géréral, ne doit pas être rejeté. Dans un contexte de crise, il fournit des indications sur le marché et les atttentes des acteurs, explique Jean-Paul Lieux, directeur associé de Dolist. Toutefois, le low cost donne la prédominance à la quantité, ce qui pose, entre autre, des problèmes de délivérabilité.

    Tendances : Le low cost et le marketing eMail

    Nov 2010 | n° 1 | 2:57

    Le low cost, en géréral, ne doit pas être rejeté. Dans un contexte de crise, il fournit des indications sur le marché et les atttentes des acteurs, explique Jean-Paul Lieux, directeur associé de Dolist. Toutefois, le low cost donne la prédominance à la quantité, ce qui pose, entre autre, des problèmes de délivérabilité.

    Cliquez ici pour voir le film